0

Review Sweet Thing

d’Alexandre Rockwell

C’est un film à ne pas rater. Car il est, pesons les mots, exceptionnel !

Les trois acteurs principaux, un trio de jeunes ados, Billie et Nico, deux mulâtres et un noir, Malik, sont épatants de fraîcheur, d’énergie et de poésie. Ils nous entraînent dans une histoire improbable, une fugue maladroite, que l’on suit le cœur battant. Ils tentent de vivre leur vie mais dans leur milieu (des familles pauvres, paumées), c’est pas gagné. Le père de Billie et Nico est un doux alcoolique sans le sou et la mère, serveuse d’un snack, sous l’emprise d’un beauf dangereux et pédophile.

Malgré le contexte, violence, alcool, pauvreté, le trio irrésistible respire la joie de vivre, la fraîcheur et la confiance dans un avenir radieux – même si l’Amérique tient rarement ses promesses.

Alexander Rockwell a fait des économies en confiant le rôle de Billie et Nico à ses propres enfants et celui de leur mère à son épouse ! Mais il nous éblouit par une mise en scène inventive, originale, inventive et le choix tout à fait justifié du noir et blanc (avec quelques éclairs de couleurs) et d’un grain épais de l’image. Il faut ajouter une magnifique bande son, notamment Billie Holiday (qui donne son prénom à l’héroïne), Miriam Makeba, Van Morrison, etc.

Répétons que les interprètes sont bluffant, notamment Lana Rockwell dans le rôle de Billie, sublime actrice qui laissera des traces dans le cinéma américain de demain.

Myriam Gooris

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *