0

Moins de recettes des salles mais part de marché des films de l’UE pour 2018

l’Observatoire européen de l’audiovisuel a publié un nouveau rapport sur les chriffes du cinéma européen. Voici leur communiqué de presse:

Les recettes brutes des salles de l’UE ont diminué de 3,3 % en 2018

En 2018, pour la première fois en quatre ans, le total des recettes brutes des salles dans les Etats membres de l’UE n’a pas dépassé le seuil de 7 milliards d’EUR. En se basant sur les données provisoires, l’Observatoire européen de l’audiovisuel estime que les recettes brutes des salles cumulées dans l’UE ont reculé de 3,3 %, à 6,80 milliards EUR soit 233,3 millions d’EUR de moins qu’en 2017. Non corrigé des variations de l’inflation, ce résultat est le plus bas depuis 2014 mais reste néanmoins le quatrième plus élevé de la dernière décennie. Avec un prix moyen paneuropéen du billet stable à 7,1 EUR, la baisse des recettes s’explique par la baisse du nombre de billets vendus, la fréquentation des cinémas de l’UE ayant reculé de 2,9 % à 956 millions de billets vendus, soit 28,7 millions de moins qu’en 2017. Comme les années précédentes, les recettes brutes des salles ont évolué de manière hétérogène en Europe : elles ont augmenté dans 12 territoires de l’UE et diminué dans 11, tout en restant relativement stables dans trois des 26 marchés de l’UE pour lesquels des données provisoires sont disponibles. La baisse des recettes brutes des salles s’explique principalement par le net recul enregistré en Allemagne (-156,8 millions d’EUR, -14,8 %). Parmi les quatre autres grands marchés de l’UE, les recettes brutes des salles ont également baissé en Italie (-30,8 millions d’EUR, -5,0 %) et en France, tout en restant relativement stable en Espagne (-5,6 millions d’EUR, -0,9 %) et au Royaume-Uni (+3,9 millions de GBP, +0,3 %). A l’inverse, elles ont progressé dans plusieurs marchés d’Europe centrale et orientale, notamment en République tchèque (+13,2 %), en Lituanie (+10,0 %), en SIovénie (+10,0 %), en Croatie (+8,0 %), en Hongrie (+6,3 %) et en Pologne (+5,0 %).

Hors UE, les recettes brutes des salles russes ont chuté de 4,7 %, à 50,9 milliards de RUB, ce qui représente toujours le deuxième meilleur résultat enregistré ces dernières années. Pour la deuxième année consécutive, la Russie s’est révélée être le principal marché européen pour ce qui est des entrées, juste devant la France. En Turquie, les recettes brutes des salles ont progressé de 3,0 % à 896,9 millions de TRY, marquant un nouveau record malgré une légère baisse de la fréquentation des cinémas (-1,1 %), due à la hausse du prix moyen du billet.

La franchise de super-héros Avengers: Infinity Wars a généré le plus de recettes en salles dans l’UE en 2018

Une fois de plus, avec 18 des 20 films les plus populaires, les titres des studios américains ont accaparé les recettes des salles de l’UE en 2018. La superproduction de super-héros Avengers: Infinity Wars, seul titre à avoir dépassé les 30 millions d’entrées (31,0 millions), arrive en tête des recettes des salles en 2018, suivi du film d’animation familial Incredibles 2 (27,9 millions). Les autres titres à succès incluent Jurassic World: Fallen Kingdom (22,1 millions), Mamma Mia! Here We Go Again (19,9 millions), Black Panther (18,9 millions) et Fifty Shades Freed (17,6 millions). Comme les années précédentes, l’année 2018 a été marquée par la forte prédominance des franchises de films : pas moins de 17 titres sur les 20 premiers (et 9 titres sur les 10 premiers) étant des suites, des présuites, des versions dérivées ou des nouvelles versions. En revanche, seulement quatre films parmi les 20 premiers étaient des longs métrages d’animation familiale, contre six en 2017 et huit en 2016.

Les productions GB inc Bohemian Rhapsody et Fantastic Beasts: The Crimes of Grindelwald sont les deux seuls films non US à figurer parmi les 20 premiers titres, avec respectivement 26,4 et 20,2 millions d’entrées. Si l’on exclut les films européens à capitaux américains (EUR inc), Johnny English Strikes Again est le premier titre européen de l’année avec 7,1 millions d’entrées, suivi par The Darkest Hour (6,6 millions).

La part de marché des films européens a augmenté à 29,4 %

En 2018, la baisse de la fréquentation des cinémas dans l’UE a été principalement due à la baisse des entrées réalisées par les films US, dont la part de marché est estimée à 63,2 %, contre 66,2 % l’année précédente. Inversement, la part de marché des films européens est passée de 27,9 % à 29,4 %, son deuxième niveau le plus élevé des cinq dernières années. Au niveau national, les films européens locaux ont obtenu de bons résultats au Royaume-Uni (44,8 %), en France (39,5 %), en Pologne (33,3 %) et au Danemark (29,8 %). Hors UE, la Turquie est le territoire européen où la part de marché des films nationaux est la plus élevée (63,4 %).

Stimulée par la performance de deux productions GB inc parmi les 20 premiers films, la part de marché des films européens à capitaux américains (EUR inc) est passée de 4,2 % à 5,4 %.

Le volume de production de films de l’UE a de nouveau augmenté

Après avoir ralenti pour la première fois en 2017, les niveaux de production de l’UE sont repartis à la hausse l’année dernière, le nombre estimé de longs métrages européens produits en 2018 étant passé de 1 737 à 1 847. Selon les estimations, ce chiffre se décompose en 1 142 films de fiction (62 %) et 705 documentaires de long métrage (38 %). L’augmentation de l’activité de production est principalement liée au nombre croissant de coproductions internationales et de documentaires de long métrage.

Tableau 5 : Nombre de films de long métrage produits dans l’Union européenne 2014 – 2018 prov
Estimations provisoires.

La numérisation des salles de l’UE est presque terminée

Selon les chiffres fournis par MEDIA Salles, le processus de numérisation dans l’UE est presque terminé. Fin 2018, 24 Etats membres de l’UE avaient converti 90 % ou plus de leur parc d’écrans, seuls deux territoires enregistrant des taux de pénétration des salles numériques inférieurs à 80 % : la République slovaque (75 %) et la République tchèque 51 %)[1]. Fin 2018, le nombre de salles numériques atteint 31 246, soit 97 % du parc d’écrans total de l’UE.

Classements des entrées des films européens
Les classements paneuropéens des films présentés dans les tableaux 2 et 3 sont établis à partir des données de tous les pays de l’Union européenne pour lesquels les résultats étaient enregistrés dans la base de données LUMIERE au 22 avril 2019. Cette base de données sur les entrées des films sortis en Europe, disponible gratuitement en ligne, est le fruit d’une collaboration entre l’Observatoire européen de l’audiovisuel et diverses sources nationales spécialisées, ainsi que le programme MEDIA de l’Union européenne. LUMIERE fournit une analyse pays par pays des entrées pour plus de 49 000 films sortis en Europe depuis 1996. Les données partielles 2018 pour 33 pays européens, ainsi que pour le marché nord-américain, sont désormais disponibles.

Parts de marché
Les parts de marché indiquées dans ce tableau sont basées sur une analyse des résultats des films sortis dans les Etats membres de l’Union européenne pour lesquels des données sur les entrées réalisées par les films individuels sont mises à la disposition de l’Observatoire européen de l’audiovisuel. Pour établir ces parts de marché, un seul « pays d’origine » doit être attribué à chaque film, attribution qui peut s’avérer difficile dans le cas des coproductions internationales. Dans ce cas, l’Observatoire définit un pays d’origine correspondant à la principale source de financement et/ou au contrôle créatif du projet. Depuis 2005, l’Observatoire a identifié spécifiquement des films qui ont été produits dans un ou plusieurs pays européens (ou ailleurs) avec un investissement US en utilisant la référence « inc » (investissement étranger) dans la colonne du pays d’origine. Il convient toutefois de noter que la disponibilité d’autres informations peut occasionnellement entraîner des changements dans l’attribution du pays d’origine et que l’origine d’un film tel qu’attribué dans la base de données LUMIERE peut ne pas toujours être identique à celle indiquée par les sources nationales.
Les données provisoires des parts de marché dans l’Union européenne en 2018 indiquées dans le tableau 4 se fondent sur les chiffres disponibles des entrées réalisées par chaque film et réunis dans la base de données LUMIERE au 22 avril 2019. A cette date, le taux de couverture de la base de données pour les entrées dans les 26 pays de l’Union européenne pour lesquels des données sont disponibles était d’environ 93 %. En raison d’un certain nombre de lacunes dans la collecte et la communication des données de divers pays, il est actuellement impossible de parvenir à une couverture à 100 % des entrées.

Nombre de longs métrages produits dans l’Union européenne
L’évaluation du volume total de production de films de long métrage dans l’Union européenne reste difficile, principalement en raison du risque de compter en double les coproductions et des divergences des méthodologies nationales de collecte de ces données. Le total pour l’Union européenne comprend les longs métrages destinés à l’exploitation en salles, à l’exclusion des coproductions minoritaires et des productions américaines et étrangères au Royaume-Uni. Pour certains pays, il n’existe pas de données distinctes pour les longs métrages de fiction et les documentaires de long métrage.

Stanley Berenboom

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *