0

Review Werk ohne Autor

Après le très mauvais “The Tourist » on se demandait où avait disparu le réalisateur du extraordinaire « Das Leben Der Anderen ». Le voila de retour avec un nouveau film en allemand et qui dure plus que trois heures. Résultat ? Un chef d’œuvre du cinéma.

« Werk ohne Autor », inspiré par la vie du peintre Gerhard Richter, suit le jeune artiste Kurt Barnert, qui grandit sous le régime nazi puis sous le gouvernement communiste en Allemagne de l’Est. Quand il rencontre Ellie, il trouve le grand amour de sa vie. Pour échapper à la société étouffante du communisme et à la tyrannie du père d’Ellie, le professeur Carl Seeband, Kurt et Ellie s’enfuient vers l’Ouest. Mais Kurt reste hanté par les souvenirs de sa jeunesse.

Florian Henckel von Donnersmarck (« Das Leben Der Anderen ») nous revient de manière grandiose au-devant de la scène.  S’étalant sur  trois périodes, le film navigue entre les handicaps de l’idéologie rigoriste  de l’extrême droite et celle de l’extrême gauche, puis les limites de la liberté créative. Le film nous passionne admirablement en se servant habilement de la tension entre le beau-père et le protagoniste et l’histoire d’amour des deux personnages principaux.  Les images sont magnifiques, les paysages sublimes, soutenues par une musique paradoxalement entrainante.

Les acteurs sont fantastiques. Tom Schilling est charismatique et très convaincant, Paula Beer, sensible et ingénieuse et Sebastian Koch effrayant dans le rôle du père de famille tyrannique. On notera les rôles difficiles mais excitants de Saskia Rosendahl et  sensible de Jörg Schüttauf.

Le film est nominé pour deux Oscars (Meilleurs film étranger et meilleur cinématographie). Un film d’une execution rare.

Stanley Berenboom

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *