0

Review OUVERT LA NUIT

Luigi est directeur d’un théâtre parisien. La veille de la première du nouveau spectacle, son

personnel et ses acteurs se mettent en grève (ils ne sont plus payés depuis deux mois comme

d’habitude !), et son metteur en scène, un mystérieux japonais, exige la présence sur scène d’un vrai

singe et pas d’un acteur déguisé en singe, comme pendant les répétitions.

Commence alors une nuit d’enfer. Luigi part à la recherche d’un singe dressé, de l’argent, non sans

de fréquents arrêts dans ses bistrots habituels (où il fait de la monnaie avec des chèques en bois).

Ceux qui font la fine bouche devant la minceur de ce pitch ont oublié que Martin Scorsese a réalisé

l’un de ses meilleurs films avec un argument à peu près identique (“After Hours“).

Edouard Baer se révèle une nouvelle fois (c’est sa troisième mise en scène) un réalisateur habile,

nerveux et servi par une belle photographie. Mais l’essentiel de son propos c’est de mettre en valeur

Edouard Baer, l’acteur, dans un numéro qui peut séduire ou agacer ou les deux, qui rappelle le Pierre

Brasseur des Enfants du Paradis. A la fois nonchalant et craquant, mais incontestablement crédible

dans le rôle de l’artiste séducteur et sûr de lui, Baer embobine son monde, les femmes, sa troupe

toute la nuit, obsédé par l’idée de faire tourner son théâtre.

Tous les acteurs sont épatants, à commencer par Sabrina Ouazani (enfin dans un rôle à sa mesure

après des passages remarqués chez Kechiche et A. Fahradi). Mention aussi à Audrey Toutou et

Gregory Gadebois plus imposant que jamais (l’un des grands comédiens français, sous-utilisé au

cinéma).

C’est une comédie parisienne piquante et rondement menée. Edouard Baer sait mener sa barque

même si son rôle de séducteur cynique peut agacer certains. Les dames, en revanche, apprécieront…

Myriam Gooris

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *