0

Review Mediterranea

La question de l’accueil des réfugiés constitue un thème devenu permanent et de plus en plus épineux en Europe. Non seulement les réfugiés asiatiques, qu’ils soient syriens ou afghans ne cessent d’arriver chez nous mais aussi les réfugiés d’Afrique. Qui peut se mettre à la place de ces hommes, de ces femmes, de ces enfants, qui perdent tout sur les routes, ont tout abandonné et qui débarquent meurtris du moins s’ils sont vivants.

« Mediterranea » nous offre un magnifique portrait de cette aventure à travers le récit d’immigrants d’Afrique. Une fois en Italie, les problèmes commencent vraiment. Quand ils sont confrontés au racisme, aux problèmes économiques et aux difficultés de communication.

Ayiva quitte le Burkina Faso, traverse la Méditerranée et rejoint le Sud de l’Italie. Rapidement confronté à l’hostilité de la communauté locale, sa nouvelle vie s’avère difficile. Mais Ayiva reste déterminé : ici, sa vie sera meilleure, quel qu’en soit le prix.

Ce film est réalisé par Jonas Carpignano, c’est son premier film. Il a vécu pendant 5 ans dans un village avec les immigrants avant de faire ce film. Les acteurs sont tous des amateurs. Pour la plupart, ils ont déjà travaillé avec Carpignano dans ses courts-métrages sur le même sujet. La majorité des scènes du film sont véridiques, aussi incroyables qu’elles paraissent. C’est pourquoi Jonas Carpignano adopte un style mi- documentaliste, mi-thriller pour raconter son histoire dont il ne perd jamais le fil. Il parvient à créer une atmosphère de tension et d’amusement. Ce dualisme allège le thème grave de son récit sans perdre l’objectif de base : raconter une histoire. Koudous Seihon, l’acteur principal, est une force de la nature. Il dégage un charisme incroyable et apporte son expérience d’immigré. Pio Amato qui joue le jeune Pio est un personnage incroyable qui à lui seul mérite le détour. Son personnage offre des moments comiques dans les endroits les plus surprenants.

« Mediterranea » fut nominé pour deux prix à Cannes. Ce film fort en émotion nous fait réfléchir et nous émeut. Un début prometteur pour Jonas Carpignano.

Stanley Berenboom

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *